Comment en pratique préserver notre planète ?

Comment en pratique préserver notre planète ?


Il est possible pour chacun d'avoir une action concrète en faveur de la préservation de notre environnement.

Sur les mégots de cigarettes :

Les filtres sont composés d'acétate de cellulose qui est une fibre plastique et contient près de 4 000 substances toxiques. 

Plus de 30 milliards de mégots sont jetés dans la nature, un chiffre astronomique ! 

Aujourd'hui 1/3 des mégots terminent leurs vies incinérés et les 2/3 sont jetés au sol, et finissent bien souvent leurs parcours dans les cours d'eau et par suite dans l'océan.

Certaines villes comme Paris ont mis en place depuis 2015, une amende de 68 € pour les fumeurs indélicats qui jettent leurs mégots dans la rue.

Sauvez la planète avec un geste simple, en jetant obligatoirement son mégot dans un cendrier !

Reclyclage des mégots de cigarettes

Une jeune filière de recyclage des mégots s'est mise en place en France, et désormais les filtres sont recyclables en plaque de plastiques qui seront employées dans la construction ou dans l'aménagement d'espaces extérieurs, comme par exemple des poubelles ou des palettes industrielles.

Concernant les matières organiques du mégot (papier, tabac, cendres), elles pourront être recyclées sous forme de compost dit "spécial", qui reste pourvu de micropolluants, et donc qui reste soumis à certaines limitations, comme l'interdiction de son l'emploi du compost pour l'agroalimentaire. En revanche, il pourra être utilisé pour les aménagements paysagés des terrains de golf par exemple.
 
Installer un récupérateur d'eau de pluie : un équipement écologique et économique
 
La récupération des eaux pluviales est un geste citoyen qui contribue à la préservation des ressources en eau (gaspillage de l'eau). Un foyer français utilise en moyenne 120 m2 d'eau par an. Sachant que le prix d'un m3 d'eau varie de 3 à 5 € selon la commune, c'est ainsi un geste économique
 
L'eau de pluie pourra être utiliser pour arroser le jardin (potager, plantes, fleurs, pelouse), laver les sols, les vélos ou la voiture. Les eaux pluviales ont une très faible minéralisation (pH légèrement acide). Ainsi, elle permet au produit de nettoyage d'être plus efficace. L'eau de pluie protège également des dépôts calcaires sur les carrelages et les sanitaires. Elle est donc employée pour les besoins domestiques tels que la lessive ou la chasse d'eau (45% de l'eau utilisée au quotidien ne doit pas être forcément potable).

A savoir : l'eau de pluie récupérée est interdite à la consommation, car elle n'est pas potable. Ne buvez donc jamais de l'eau récupérée et ne l'utilisez pas pour cuisiner, faire la vaisselle ou remplir la piscine.
 
Pour calculer la quantité d'eau de pluie que vous pouvez récupérer par an, il suffit de connaître la surface au sol de votre habitat et de multiplier cette valeur par la pluviosité moyenne annuelle (mètre) de votre secteur géographique, et de soustraire 10% du résultat obtenu.
 
Comment récupérer l'eau de pluie ?
 
 Les collecteurs d'eau de pluie existent en 3 matériaux : béton, polyéthylène (PEHD) et citerne souple.
 
  • un collecteur extérieur  relié directement à la gouttière, il s'installe simplement à l'extérieur de l'habitat. Ce type de réservoir est surtout utiliser pour faciliter l'entretien du jardin. Il est habituellement muni d'un robinet. La capacité des collecteurs extérieurs peuvent varier de 200 à 2 000 litres selon le modèle. Le prix d'achat moyen hors pose d'un collecteur est compris entre 50 et 500 €. 
  • un réservoir enterré est idéal pour les grandes propriétés, le réservoir enterré permet de récupérer des quantités plus importante. Il faudra effectuer des travaux d'aménagements extérieurs. Le principal atout de ce type de réservoir est qu'il est accompagné d'un système de pompage pour permettre la distribution de l'eau dans toute l'habitation. Les réservoirs enterrés peuvent contenir jusqu'à 10 000 litres d'eau et sont pour la plupart muni d'un trop plein. Le prix des cuves se situe entre 500 et 7000 €.

Comment entretenir un récupérateur d'eau de pluie  ?

  • prévenez l'accumulation de débris, de feuilles et d'insectes dans les gouttières en y posant des grilles de protection.
  • utilisez les collecteurs munis d'un filtre à eau.
  • procédez à une vidange ou un nettoyage au moins une fois par an.

 

 


D'un tourisme de masse à l'écotourisme

Pour l'organisation mondiale du tourisme (OMT); l'écotourisme est une branche du "tourisme durable". L'écotourisme ou "le tourisme vert" tend à minimiser son empreinte écologique sur l'environnement et à le préserver à long terme. Il contient une dimension éthique et écocitoyenne. 

L'écotourisme est en opposition avec un tourisme de masse qui pèse sur le renouvellement des ressources naturelles telles que l'eau douce, les forêts ou les récifs coralliens, et qui met en péril la survie de bon nombre d'espèces vivantes.

Il est centré sur la découverte des écosystèmes, et implique une participation active des populations locales et des touristes eux mêmes à la sauvegarde de la biodiversité. Ainsi la faune et la flore peuvent être observées tout en respectant les écosystèmes, voire en contribuant à les restaurer.

L'écotourisme valorise ainsi des zones naturelles ou des sites culturels menacés, et une lutte contre la pauvreté en stimulant le développement de l'économie locale.

L'écotourisme peut s'il est mal maîtrisé, avoir des conséquences négatives sur les écosystèmes qu'il est censé protéger, du fait un afflux massif de touristes qui peuvent épuiser et bouleverser les écosystèmes.

Le Costa Rica s'impose aujourd'hui comme une destination phare de l'écotourisme, d'autres pays comme le Kenya, l'Équateur, le Népal, Madagascar sont des destinations très prisées des écotouristes.

L'écotourisme et la préservation de l'environnement





les mots-clés :

mégots, rue, matières organiques, plaque de plastiques, terrains de golf, aménagements paysagés, papier, tabac, cendres, compost, recyclage, substances toxiques, acétate de cellulose, préservation de l'environnement, mer, océan, cours d'eau, construction, recyclage des mégots, filtre, planète, aménagement d'espaces extérieurs, micropolluants, geste simple, poubelles, palettes industrielles, pollution, fibre plastique, nature, jeter, cendrier, filière de recyclage, France, recyclable, mégot, écotouristes, écotourisme, tourisme de masse, Kenya, Costa Rica, Népal, Madagascar, l'Équateur, écosystèmes, tourisme vert, destination phare, destination, économie locale, population locale, zones naturelles, environnement, Organisation Mondiale du Tourisme, OMT, lutte contre la pauvreté, empreinte écologique, faune, flore, récif corallien, restauration de l'environnement, préservation de l'environnement, tourisme durable, éthique, écocitoyenne, touristes, biodiversité, eau de pluie, collecteur extérieur, réservoir enterré, béton, consommation, eau potable, gouttières, filtre à eau, eau, ressources en eau, eau pluviale, réservoir, pluviosité, sanitaire, toilettes, polyéthylène, PEHD, grille de protection, travaux d'aménagements extérieurs, vidange, jardin, pelouse, nettoyage voiture, citerne souple, habitat, habitation, litres d'eau, trop plein, robinet, gaspillage de l'eau, système de pompage, débris, feuilles, insectes, installation, économique; écologique, geste citoyen